Préface

img
Un horizon nouveau s’offre pour les fils et filles de la région Afrique centrale. C’est celui du pari de l’intégration. Ce pari trouve son ancrage institutionnel dans le Traite révisé de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) qui, dans son préambule, affirme la résolution de la Communauté à franchir une nouvelle étape dans le processus d’intégration régionale face à la nécessite de s'adapter aux changements qui s'opèrent sur la scène continentale et internationale afin d'en tirer un meilleur profit.

En effet, plaçant résolument les questions de promotion de la coopération et du renforcement de l’intégration régionale en Afrique Centrale dans tous les domaines de l'activité politique, sécuritaire, économique, monétaire, financière, sociale, culturelle, scientifique et technique en vue de réaliser l'autonomie collective, d'élever le niveau de vie des populations, d'accroître et de maintenir la stabilité économique, de renforcer et de préserver les étroites relations pacifiques entre ses États membres et de contribuer au progrès et au développement du continent africain au centre des préoccupations de la région Afrique centrale, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la zone CEEAC traduisent ainsi leur volonté politique de donner au processus d’intégration une nouvelle impulsion.

Faut-il le souligner, l’adoption par la Conférence des Chefs d’Etat et du Gouvernement du Plan Stratégique Indicatif à Moyen Terme (PSMIT 2021-2025) , et ses Cadres Logiques ainsi que du Programme d’Actions Prioritaires (PAP 2021) marque sans nul doute une étape décisive dans la consécration de la vision de la Communauté à l’horizon 2025 qui est de vivre « Un avenir commun, dans un environnement de paix, de sécurité et de stabilité, assuré par le développement durable, la bonne gouvernance, l'amélioration croissante des conditions de vie des citoyens, la liberté et la justice ».

La Commission de la CEEAC, organe exécutif de l’architecture de l’intégration dans l’espace communautaire couvert par l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Démocratique du Congo, le Rwanda, Sao Tomé et Principe et le Tchad, a la charge de mettre en œuvre les différents chantiers de l’intégration.

Si les trajectoires passées de l’intégration régionale interrogent notre conscience géopolitique et nourrissent aujourd’hui l’ambition d’avoir de nouveaux référentiels pour répondre efficacement et durablement aux défis que connait la construction communautaire au sein de l’espace CEEAC, les domaines et axes sous-tendant la planification de cet agenda de l’intégration sont fort éloquents. Cette éloquence et cet optimisme mettent en évidence les espoirs de financer la réalisation des objectifs de l’intégration régionale du quinquennat 2021-2025 articulés autour de son plan Stratégique Indicatif.

C’est sur ce théâtre que la Commission de la CEEAC, imprégnée de la constante exigence de rendre compte aux Etats membres de l’évolution de cet honorable chantier, arrivera à canaliser les destinées des peuples d’Afrique centrale. C’est d’ailleurs toute la CEEAC, à la croisée de tous les chemins, qui a rendez-vous avec son histoire dont, une page importante s’ouvre sur le Plan Stratégique Indicatif à Moyen Terme.

Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO
Président de la Commission de la CEEAC